les hashtags pour artistes

Ca y est, vous vous êtes mis aux réseaux sociaux, mais malgré bon nombre de publications peu de visites.
Le nombre d’abonnés reste faible. Les hashtags ? Oui vous en avez entendu parlé…

Un hashtag ? Mais à quoi cela sert ?

Pensez aux mots que vous entrez dans Google lorsque vous effectuez une recherche. En fonction des mots entrés, Google va essayer de vous ramener les résultats les plus proches de ce que vous attendez. A cette fin, Google passe sur tous les sites, en extrait le contenu et grâce à son algorithme classe les textes en fonction de leur contenu. De chaque texte il extrait les mots les plus importants appelés mots clés et associe les textes aux mots clés. Cela s’appelle l’indexation. C’est ainsi que Google arrive à vous afficher une liste pertinente de résultats lorsque vous effectuez une recherche.

Google améliore d’ailleurs son algorithme d’indexation de manière continue. C’est ainsi que Google a complètement supprimé l’emploi de la balise « keyword » (mot clé) que beaucoup de petits malins remplissaient à foison sans vraiment avoir un rapport avec le texte. Google recherche aujourd’hui lui même les mots clés.

Si l’indexation de textes est aujourd’hui très optimisée, les progrès dans la reconnaissance optique sont énormes mais on est encore loin d’indexer une image correctement, surtout celle d’une œuvre. Ce sera certainement possible dans un avenir plus ou moins proche. Or un artiste utilise essentiellement l’image !

Il va donc falloir aider les moteurs de recherche à vous trouver. Que ce soit Google, Instagram, Twitter ou Facebook, tous vont avoir besoin d’un petit coup de main grâce aux hashtags, ces mots clés sous lesquels vos utilisateurs vont vous retrouver.

N’oubliez pas que tous les moteurs de recherche ont un but : montrer à leurs clients les résultats les plus pertinents. Ils le vérifient via la recherche. Si un utilisateur cesse de chercher son mot clé alors…il a trouvé. Le contenu est donc pertinent. Votre but est donc de satisfaire les recherches des moteurs de recherche.

La différence entre un mot clé et un hashtag

Un mot clé peut être un mot, tel « artiste » ou une chaîne de mots « artiste fauvisme contemporain français ».
Le hashtag commence par le caractère # suivi d’un mot ou de la chaîne de mots sans espace.
Les majuscules sont rarement utilisés sauf lorsque ceux-ci peuvent améliorer la lecture du hashtag.

Mot clé : artiste  Hashtag : #artiste
Mot clé : artiste fauvisme contemporain francais       Hashtag : #artistefauvismecontemporainfrancais

A propos des hashtags

Les hashtags peuvent être génériques ou au contraire être très précis. Ne choisir que des hashtags  génériques vous apportera certes un public large mais cela ne veut pas dire que le nombre de « J’aime » sera en augmentation forte. Cela fait de plus toujours mauvais effet d’avoir un grand nombre d’abonnés mais très peu de « J’aime ». Si vous avez 10’000 abonnés mais chaque publication ne remporte qu’une dizaine de « J’aime »… vous laisserez un grand doute aux collectionneurs d’art.

A fin juillet 2019, plus de 225’000 articles ont été publiés sous le hashtag #artistes, plus de 128’000 pour #artistepeintre alors que seuls 103 ont été publiés contenant #peinturehuileabstraite.

Si un hashtag trop générique n’est pas souhaitable, à l’inverse un hashtag inconnu… ne sera jamais ou peu recherché et donc ne vous apportera aucune visibilité.

Le nombre de hashtags

Facebook : Peu voir pas utilisés sur Facebook, il ne faudrait n’en utiliser qu’un seul, en fin de texte.

Instagram a changé sa politique. Autrefois il était possible d’ajouter jusqu’à 30 hashtags. Cette pratique est devenue désuète et entraîne de plus des points négatifs, donc moins de visibilité. Le bon ratio tourne aujourd’hui autour des 5 à 6 hashtags sur Instagram, même si la plateforme en accepte jusqu’à 15.
Petit conseil : placez les dans les commentaires après la publication.

Twitter : de part la longueur du texte, 2 à 3 hashtags (max 4 à 5) bien sélectionnés suffiront.

LinkedIn : autrefois disparus, ils sont peu à peu revenus. On en placera un ou 2 en fin de texte.

Pinterest : La moyenne tourne autours de 3 à 6 hashtags.

Choisir ses hashtags

Première étape : vos caractéristiques

C’est le moment de relire votre biographie, votre parcours artistique ainsi que ce qui caractérise votre art et d’en extraire les mots clés.
Pensez aux mots sous lesquels vous aimeriez qu’on vous retrouve.

Divisez votre liste en 4 parties :

  • Liste 1 : ce qui vous caractérise, votre art
  • Liste 2 : ce qui caractérise certaines de votre œuvre
  • Liste 3 : des superlatifs afin d’attirer, des génériques
  • Liste 4 : des hashtags dans d’autres langues

Un exemple pour un artiste s’appelant KarlLewis  😉 :

  • Liste 1 : artiste français contemporain peinture à l’huile KarlLewis
  • Liste 2 : paysage mer bleu profond
  • Liste 3 : œuvre majeure, artiste francais
  • Liste 4 : artwork

Deuxième étape : la recherche des hashtags

Vérifiez les résultats des hashtags des listes 3 et 4 sur des générateurs comme :

Ces 2 listes doivent attirer du public et donc le nombre de recherches par mois doit être conséquent en comparaison des listes 1 & 2, beaucoup plus précises.

PS: N’oubliez pas d’ajouter le # et de supprimer les espaces lors de vos recherches.

Troisième étape : un processus itératif

Mettre en place des hashtags est un processus itératif. Vous devez tout sélectionner les bons hashtags. Une des techniques afin d’en éliminer certains consiste pour 2 publications similaires (ex. : 2 œuvres d’une même série), à tester 2 jeux de hashtags différents et regarder ensuite celui qui a le mieux fonctionné (nombre de J’aime, commentaires, partages).

N’oubliez pas de les utiliser partout ! Dans vos présentation (biographie Instagram, commentaires), dans la signature de votre e-mail et même sur votre site ou vos ventes en ligne : « Retrouvez moi sur internet : #ArtisteKarlLewis »