Rendez-vous à Manhattan ⓒ Damian Tirado

Damian Tirado, Rendez-vous à Manhattan, 2016, acrylique sur toile.

Peintre sculpteur, illustrateur, cinéphile ou encore mélomane ; passionné par la mode …  Mon parcours est atypique. Ma carrière d’artiste s’est construite au fil du temps, comme si tout avait été préparé à le devenir. Né à Caracas en 1960, passionné par le dessin j’étudierai ainsi les Beaux -Arts avant de devenir professeur de graphisme et illustrateur dans l’univers de la mode qui va marquer profondément mon style dans ma peinture et ma sculpture. Je quitte le Venezuela pour l’Europe en 1999 et après avoir séjourné à Hambourg en Allemagne où je devais travailler comme illustrateur de mode j’ai atterri à Varsovie dans un climat austère bien éloigné de mes racines latino-américaines, je décide alors de partir pour la France. Cela marquera un tournant dans ma vie avec la rencontre avec l’artiste Lucia Araneda, qui me souffle l’idée de participer au marché de la création à Lyon. Cela fonctionne, plus tard je rencontre ma femme avec qui je fonderai une association dans laquelle j’enseignerai les arts plastiques. Quelques années plus tard, je ressens le besoin d’avoir plus d’espace et m’installe en Bresse jurassienne. Je prends enfin du temps pour ma propre création et expose de plus en plus. Lauréat du grand prix de l’académie JACQUES BOITIAT et 1er prix Barbizon, je remporte plus de 15 prix en 7 ans d’expositions. Puis, j’expose au musée de l’imprimerie ; au musée des Beaux-arts de Louhans, Château Pierre de Bresse, mais aussi à Paris, en Allemagne, en Espagne, et au Maroc.

Au travers de ce tableau titré Rendez-vous à Manhattan, le sujet de cette rencontre dans ce cadre majestueux est avant tout une quête absolue d’esthétisme comme dans la plupart de mes œuvres. Ainsi je traite le sujet à l’acrylique au couteau et l’affine à l’huile. Le couteau me permet d’allier la spontanéité et la force dans une gestuelle libre que je manie comme une épée. Toute mon énergie est portée sur le trait, c’est pour moi la partie la plus excitante.  Le squelette est posé sur la toile. Ensuite j’applique la matière et fixe la couleur comme un habit.

Pour décrire ma démarche, je cite normalement un conte sur la beauté et la laideur du philosophe écrivain libanais Gilbran Khalil Gilbran :‘’Par un jour la Beauté et la Laideur se rencontrèrent sur le rivage d’une mer. L’une dit à l’autre : « Allons-nous baigner. » Elles se dénudent et plongent dans les flots. Quelque temps plus tard la Laideur retourne sur le rivage et prend les habits de la Beauté…. Lorsque la Beauté sortit de l’eau et ne trouva pas ses vêtements ; aussi porta-t-elle les habits de la Laideur… Depuis ce jour, le monde est confondu … Toutefois certains reconnaissent le vrai visage de la Beauté, malgré la disgrâce de ses habits ! … ». Différents sujets me passionnent ou m’inquiètent et peuvent avoir une influence forte sur mon travail. Aussi ; quel que soit le sujet que je traite, je préfère toujours l’habiller de beauté ou d’esthétique. Ce n’est pas de la frivolité, mais un refuge ! L’esthétisme comme antidote au malheur ! « L ‘art est un don qui me soutient ; il est comme une barque qui me ferait traverser l’existence. »

Damian Tirado

damiantirado.com@gmail.com

www.damiantirado.com

Instagram-logohttps://www.instagram.com/tiradodamian/